In These New Times

A new paradigm for a post-imperial world

Business as usual at IMF

Posted by seumasach on March 17, 2009

Crise économique : le FMI persiste et signe

Voltairenet.org

14th March, 2009

Translation at foot of each paragraph

Pourquoi changer une politique qui conduit à la faillite, lorsque les victimes sont les autres ? Telle est la question qui se pose au Fonds monétaire international et à laquelle il ne répondra pas. Au contraire, sous la houlette de Dominique Strauss-Kahn, le FMI entend utiliser la crise pour réduire. un peu la marge de manœuvre des États pauvres. Pour Damien Millet et Eric Toussaint, responsables du CADTM (Comité pour l’annulation de la dette du tiers-monde), il faut dissoudre sans attendre une institution internationale qui a conçu ses prêts comme un moyen de domination.

[Why change policies which led to failure, when the victims are others? This is the question the IMF fails to answer. On the contrary, under the leadership of Dominique Strauss-Kahn, the IMF aims to use the crisis to limit the room for manoeuvre of the poorer states. For Damien Millet and Eric Toussaint of the CADTM(Committee for the Cancellation of the Third-World Debt) we must dissolve this institution which uses debt as an instrument of domination.]

Avec la crise internationale déclenchée à l’été 2008, tous les dogmes néolibéraux ont été battus en brèche et la supercherie qu’ils représentaient a été mise à jour. Ne pouvant nier leurs échecs, la Banque mondiale et le Fonds monétaire international (FMI) prétendent avoir abandonné les politiques néolibérales connues sous le nom de « consensus de Washington ». Bien que discréditées, ces deux institutions profitent pourtant de la crise internationale pour revenir sur le devant de la scène.

[With the crisis of 2008 neo-liberal dogma and its consequences have been laid bare. Unable to deny their failures, the World Bank and the IMF make out that they have abandoned the policies of the Washington consensus. But these institutions continue to use this crisis to advance the same agenda.]

Pendant des décennies, elles ont imposé aux forceps des mesures de déréglementation et des programmes d’ajustement structurel qui ont conduit immanquablement à l’impasse actuelle. C’est un réel fiasco pour la Banque mondiale et le FMI qui doivent maintenant répondre de leurs actes devant l’opinion publique mondiale.

[For decades they have imposed austerity programmes which have led to the present impasse. It’s a disaster for them that they must now respond before the eyes of world opinion.]

De surcroît, leurs prévisions économiques ne sont pas fiables : en novembre 2008, le FMI pronostiquait une croissance mondiale à 2,2% pour 2009, avant de la revoir à la baisse à 0,5% en janvier, puis de l’estimer finalement négative en mars. En fait, ses experts défendent la cause des grands créanciers face aux citoyens dont les droits fondamentaux sont de moins en moins garantis.

[Furthermore, their economic forecasts have been shown to be unreliable: in November, the IMF forecast 2,2% world  growth for 2009, before revising it down to 0,5% in January and then negative in March. In fact, their experts defend the interests of the big financiers before those of citizens whose rights are being increasingly undermined.]

Alors que la situation économique se détériore rapidement, les grands argentiers du monde s’efforcent de garder la main et de donner à un FMI discrédité et délégitimé le rôle du chevalier blanc qui va aider les pauvres à faire face aux ravages de cette crise. Or c’est tout le contraire qui se passe. Les principes défendus par le FMI depuis les années 1980 sont toujours de mise. Les gouvernements qui signent un accord avec le FMI pour se voir prêter des fonds doivent appliquer toujours les mêmes recettes frelatées, qui aggravent la dégradation des conditions de vie des populations.

[Now that the economic situation is deteriorating rapidly, the financiers are trying to keep the upper hand and to represent the discredited IMF as the white knight coming to rescue the world’s poor. But this is the complete opposite of what they are really doing. The same principles dating back to the 1980s still apply. Governments which sign their accords are still forced to apply the same fraudulent recipes which degrade the conditions of live of the people.]

Sous la pression du FMI dirigé par Dominique Strauss-Kahn, plusieurs pays confrontés aux effets de la crise s’en sont pris aux revenus des salariés et des allocataires sociaux. La Lettonie a imposé une baisse de 15% des revenus des fonctionnaires, la Hongrie leur a supprimé le 13e mois (après avoir réduit les retraites dans le cadre d’un accord antérieur) et la Roumanie est sur le point de s’engager aussi dans cette voie. La potion est tellement amère que certains gouvernements hésitent. C’est ainsi que l’Ukraine a récemment jugé « inacceptables » les conditions imposées par le FMI, notamment le relèvement progressif de l’âge de mise à la retraite et la hausse des tarifs du logement.

[Under pressure from the IMF directed by Dominique Strauss-Kahn, several countries facing the effects of the crisis have cut wages and social spending. Latvia has imposed a 15% cut on public sector wages, Hungary has cut the 13th month payment(after having previously cut pensions) and Roumania is about to go down the same path. The potion is so toxic that many governments are hesitating. Thus. Ukraine adjuged IMF imposed conditions as unacceptable, notably the increase in retirement age and rising rents.]

Il est temps de dénoncer le double langage du FMI et de Dominique Strauss-Kahn, qui, d’une part, demandent à la communauté internationale d’augmenter les efforts pour atteindre des objectifs de développement du millénaire déjà bien tièdes et, d’autre part, forcent les gouvernements ayant recours à ses services à baisser les salaires dans la fonction publique. Il s’agit là de l’exact opposé d’une vraie véritable politique destinée à faire face à la crise en défendant l’intérêt de ceux qui en sont victimes.

[It’s time to denounce the doublespeak of the IMF which, on one hand wants to promote development and , on the other wants to cut public sector wages. This is the exact opposite of the policies needed to protect the victims of the crisis.]

Pour répondre à la crise des années 1930, le président états-unien Franklin Roosevelt avait été amené par la mobilisation sociale à réduire le temps de travail tout en augmentant les salaires, les allocations sociales et les droits des travailleurs, notamment en garantissant le droit de syndicalisation. Avec le New Deal, Roosevelt avait mis en place une réforme fiscale qui augmentait les prélèvements sur le capital. Le « socialiste » Dominique Strauss-Kahn est bien loin d’avoir la carrure de Franklin Roosevelt et continue coûte que coûte à défendre l’intérêt des grands créanciers qui l’ont nommé à ce poste lucratif.

[ Responding to the crisis in the thirties Roosevelt was lead by mass mobilisation to cut the working week, increase wages, increase welfare expenditure and enhance workers rights, notably, the right to unionise. With the New Deal taxation on capital was increased. The “socialist” Strauss-Kahn is far from taling this road and continues, whatever the cost, to defend the interests of the big finaciers who nominated him for this lucrative post.]

Le FMI démontre donc une fois de plus qu’il est un instrument docile au service de ceux-là mêmes qui ont provoqué la crise financière actuelle. Dans cette période de grande déstabilisation monétaire (comme les variations énormes de parité entre le dollar et l’euro depuis un an), le FMI se révèle incapable de proposer la mise en œuvre d’une taxe de type Tobin-Spahn qui réduirait les variations des cours de change en combattant la spéculation et qui permettrait de réunir enfin les fonds nécessaires pour éradiquer la pauvreté et libérer le développement. Pourtant depuis sa création en 1944, l’obligation de favoriser le plein emploi figure explicitement dans les missions du FMI qui agit donc en violation de ses propres statuts.

[Once again, the IMF shows that it is a docile instrument at the service of the same people who brought about this crisis in the first place. In this period of immense monetary instability( such as the massive variations in the Dollar-Euro exchange rate over the last year) the IMF has found itself unable to introduce measures such as the Tobin tax which would counter speculation and raise the revenue necessary to eradicate poverty and promote development. Given its obligation  to guarantee full employment the IMFcontinues to act in violation of its own statutes.]

La crise financière et économique mondiale souligne la faillite de la déréglementation des marchés financiers et de l’abandon du contrôle sur les mouvements de capitaux, prônés par le FMI. Cela rend indispensable la recherche d’une nouvelle architecture internationale basée sur le Pacte international sur les droits économiques, sociaux et culturels (1966) et sur la Déclaration des Nations unies sur le droit au développement (1986). Mais une telle logique ne s’imposera pas sans inversion du rapport de force. Si, sous la poussée des mobilisations populaires, un nombre suffisant de gouvernements ne met pas en place une telle alternative, la Banque mondiale et le FMI seront en mesure de surmonter leur crise en mettant à profit la chute des prix des produits de base pour entraîner les pays exsangues vers une nouvelle dépendance envers leurs crédits, dont la substance visera davantage à sauver le système qu’à satisfaire des critères humains et écologiques.

[The financial crisis underlines the failure of deregulation and the abandonment of capital controls, advocated by the IMF. This renders indispensable the search for a new international architecture based on the International Covenant on Economic, Social and Cultural Rights(1966) and the Declaration of the UN  on the right of development(1986). But such a logic will not impose itself without a reversal of the balance of forces. If, under pressure from popular movements a sufficient number of governments don’t put in place such an alternative, the World Bank and the IMF will be able to overcome the crisis by taking advantage of the fall in the price of basic products to bring its victims to a new state of dependance vis-a-vis their creditors: the system will be saved at the expense of human and ecologic criteria.]


Pour toutes ces raisons, la seule solution acceptable passe par l’abolition immédiate du FMI et de la Banque mondiale, et leur remplacement par des institutions radicalement différentes, centrées sur la satisfaction des besoins humains fondamentaux.

[For all these reasons, the only acceptable solution involves the immediate abolition of the IMF and the World Bank, and their replacement by radically different institutions centerd aroung the satisfaction of fundamental,human needs.]

 Damien Millet
Damien Millet est secrétaire général du CADTM France (Comité pour l’Annulation de la Dette du Tiers Monde). Dernier livre publié : Dette odieuse (avec Frédédric Chauvreau), CADTM/Syllepse, 2006. .


Les articles de cet auteur

Éric Toussaint
Éric Toussaint est président du CADTM Belgique (Comité pour l’Annulation de la Dette du Tiers Monde). Dernier livre publié : Banque du Sud et nouvelle crise internationale, CADTM/Syllepse, 2008.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

 
%d bloggers like this: